CE QUE VOYAGER APPORTE

chine_sport_matin-570x300

Une de mes plus fortes expériences de voyage s’est passée en Chine. Il est tard et je rentre dans un petit restaurant spécialisé dans les raviolis. Il n’y a pas de clients car je découvre qu’ils fonctionnent surtout en livraisons. En mangeant, un des employés vient me parler dans un anglais approximatif. On échange quelques paroles communes, d’où je viens, je fais quoi, je vais où, etc. Il me montre son livre d’apprentissage de l’anglais, me parle de sa vie, de ses rêves. Une discussion très sympathique ou nos curiosités de cultures mutuelles ont trouvé quelques brides de réponses. Il est très tard et je lui fais part qu’il faut que je parte trouver un hôtel. D’un air inquiet pour moi, il me propose de dormir pour la nuit dans la mezzanine des employés. Une sorte de demi-étage au-dessus des cuisines servant de dortoir. Après un peu d’hésitation et de méfiance, mon instinct me fait accepter. Je me retrouve donc installé sur une natte parmi les autres employés avec le plafond à 1 mètre au-dessus de moi allongé. Je dors alors avec l’équipe de jour. À 5 heures, il est l’heure de se réveiller car l’équipe de nuit doit aller se coucher sur les mêmes emplacements. Le matin, un petit-déjeuner m’est offert. Je prends congé et découvre alors Shanghai à 6 heures du matin pour la première fois avec ces ribambelles de grands parents faisant leur sport dans les parcs et les employés en rangs militaires faisant l’exercice obligatoire de l’entreprise. Cette expérience m’a montré plusieurs aspects de ce qu’un voyage peut apporter, et j’en garde un grand souvenir car ce fut une des clefs d’accès précieuse que j’ai eu pour comprendre la culture chinoise.

Voyager implique avant tout changer de mode de vie, on ferme la porte de chez soi et on part avec un sac à dos. On change de lieu, de planning, de culture. Même si l’on ne fait que voyager en restant dans son propre pays, beaucoup de choses changent. On a avant tout du temps pour soi, pour réfléchir. Ensuite on découvre d’autres choses qui étaient pour nous jusqu’alors inconnues. Tout cela nous apporte personnellement  beaucoup.

DU TEMPS POUR SOI

Le voyage est un temps que l’on se consacre avec souvent le moins de contraintes possibles. Et oui, pas de travail, que des activités que l’on choisit de faire. C’est aussi des temps que l’on s’accorde pour réfléchir à soi. Personnellement, je préfère les moments dans les transports. C’est assis en regardant le paysage que l’esprit se met à déambuler dans les idées.

DES RENCONTRES

Quand on voyage, et particulièrement quand on voyage seul, c’est vraiment propice aux rencontres. Toujours dans l’humilité et le respect. On est que simples voyageurs qui rencontrons des habitants ou autres voyageurs. Le contact est simple et courtois. À un habitant on échangera quelques mots, des questions sur sa région. Il pourra ensuite, s’il souhaite prolonger la discussion ou vous faire comprendre qu’il est temps de se remettre au travail. Lorsque l’on croise un autre voyageur, c’est toujours un échange d’expériences et de conseils. Toujours des bonnes surprises car quand cela se passe très bien avec l’habitant il peut vous inviter à boire un verre et avec le voyageur, partager un bout de chemin. Une fois l’habitude prise, le contact est facile à initier en voyage. De retour, on se rend compte qu’il peut très bien se poursuivre dans son pays.

DE LA PROGRESSION OU L’APPRENTISSAGE D’UNE LANGUE

Quand on est à l’étranger, on est obligé de pratiquer l’anglais ou la langue local. Et même si le vocabulaire de la langue est très restreint au début, très rapidement, le progrès en vocabulaire et syntaxe arrive comme un effet de boule de neige. C’est un peu difficile au début mais tellement agréable de constater des progrès et surtout de se faire comprendre. Quand on part dans des pays où il n’y a aucune langue commune comme en Chine ou l’anglais est très peu connu, on est donc très rapidement obligé de connaître quelques mots pour pouvoir manger, trouver un hôtel, etc. On a l’impression de trouver des mots passe. Je dois dire qu’apprendre une langue comme le chinois est très gratifiant car parler chinois et se faire comprendre est un peu magique tellement cette langue est différente. Plus tard, quand on rentre dans les subtilités de la langue, la manière de s’exprimer locale traduit la culture des habitant et leur système de pensée. En cela, c’est aussi très intéressant. Et puis faire la gymnastique intellectuelle de parler une autre langue est très bon pour la mémoire.

DE LA CONFIANCE EN SOI

Sortir de son quotidien et de sa sécurité pour se confronter à un milieu inconnu fait un peu peur au premier abord. Mais par la suite, cela rend que plus fort. La première expérience que j’ai eue du camping sauvage était précédée d’inquiétudes. Va-t-on trouver un lieu ? Est-ce dangereux ? Si quelqu’un passe ? Mais une fois la tente plantée, et la nuit passée, toutes ces inquiétudes se sont dissipées pour faire place à une assurance liée à l’expérience. C’est ensuite une manière de voire les choses au quotidien. L’inconnu fait peur et c’est normal. Avant de se lancer dans un projet, on mesure les risques. Mais une fois que l’on prend goût à dépasser ses petites limites, on a l’impression d’une grande liberté.

DU MAC GYVERISME (DÉBROUILLARDISE)

Quand on a faim et que l’on ne sait pas dire ce que l’on veut au vendeur, quand on veut prendre un billet de train pour changer de ville, ces opportunités crées par le voyage obligent à trouver des stratagèmes pour venir à ses fins. On en vient à mimer, montrer l’assiette du voisin, dessiner, toutes sortes de solutions sont alors trouvés.

DE LA CONSCIENCE DE L’ESSENTIEL

Partir en vadrouille, c’est souvent partir avec un sac à dos ou une valise. Et là, on se rend compte que l’essentiel peut être très simple. La découverte et la rencontre humaine sont mes moments de grands plaisirs. À chacun son essentiel mais par expérience ce sont les . Je me suis aussi rendu compte en voyageant du peu de chose matérielles dont j’avais besoin. Et c’est un peu se libérer de ses habitudes et réflexes.

DE LA CONSCIENCE DES RESSOURCES TERRESTRES

Découvrir le monde c’est prendre conscience que tout est lié. Découvrir des paysages époustouflants et prendre conscience en même temps que c’est un avion qui nous y a amené. Voire la parie immergée de l’iceberg des cycles des ressources énergétiques, c’est entrevoir tout ce qui est caché. Cette prise de conscience amène obligatoirement à unsentiment de responsabilité écologique.

DU RECUL

Découvrir d’autres cultures pousse toujours à se comparer, comparer ce que l’on connaît avec ce que l’on voit. Cette réflexion amène souvent des surprises, des interrogations et finalement on les comprend. On découvre alors qu’il n’y a pas qu’une seule façon de vivre et on redécouvre notre quotidien sous un nouvel œil.  On sort de son point de vue pour en découvrir un autre. Pour moi, c’est ce qu’il y a de plus enrichissant dans le voyage. On en sort grandi et notre empathie est décuplée.

Finalement voyager, ce n’est pas seulement découvrir mais aussi accepter de changer au grès des découvertes pour grandir. Prendre conscience que sont mode de vie n’est pas le seul et qu’il ne fait pas loi. C’est apprendre le respect de la différence, c’est-à-dire la tolérance. Pourtant, on se rend compte que l’essentiel reste le même pour chacun.Cette prise de conscience est merveilleuse car elle aide au quotidien à vivre plus heureux.

Voilà, parfois quand je rencontre certaines personnes très fermées sur leur manière de voir les choses, je regrette secrètement qu’elles ne se soient jamais confrontées à d’autres systèmes de valeur. On les entend parler et on sait qu’il est impossible de leur faire prendre conscience car cela ne peut se faire que par eux-mêmes. Je pense que le voyage est l’un des moyens de voir la vie sous un autre point de vue mais ce n’est pas le seul moyen.

Comments are closed.